Skip to content
Valdeameno 2.jpg

Adresse

Valdeameno
San Paio 21
Guisamo-Bergondo
La Coruña
España

Description de l’événement WTD

Voir l’affiche ci-dessous pour les détails des événements en soirée

Descriptif du jardin
En 1920, el palacete, les bâtiments complémentaires, les jardins et autres éléments architecturaux ou décoratifs qui les complètent ont été projetés et construits. Le jardin compte actuellement environ quatre-vingts espèces végétales différentes; la plupart précédant la plantation d'origine. Ce projet était très original et visait à introduire en Galice, dans l'entre-deux-guerres, la conception d'une résidence à usage d'été qui, basée sur le style éclectique dominant, introduisait des éléments architecturaux et paysagers modernes notables. Des espèces très rares, en Galice à cette époque, coexistaient dans ce jardin, telles que Magnolia x soulangeana, Abies Pinsapo, Thujopsis Dolabrata etc. Avec d'autres plus communs dans les jardins de pazos tels que Camelias, Magnolias Grandiflora, etc., et des espèces autochtones telles que Taxus Baccata.

Le jardin s'articule par une grande promenade commencée par deux gros spécimens de Magnolias x Soulangeanas d'environ douze mètres de couronne chacun, situés sur sa rive droite et fermé par un autre spécimen de la même espèce et de même taille situé sur la rive gauche intéressant l'alternance d'éléments pairs et impairs des deux côtés de la promenade. Sur cette chemin, vous trouverez un spécimen rare d'Abies Pinsapo avec ses bras de candélabres caractéristiques (c'est l'un des rares individus de cette espèce, en danger d'extinction qui existent en Galice). Ils alternent avec ces arbres, Sycomore, Camélia et Euonymes avec taille topiaire qui impriment un rythme varié dans lequel s'insère une splendide pergola situé en parallèle.

Ce jardin, de tradition anglaise avec des références italiennes, s'articule avec des allées et chemins qui forment différents itinéraires tout en structurant l'espace. C'est un aménagement complexe conçu pour mettre en valeur le bâtiment principal. Au service de cet objectif, tous les éléments architecturaux coordonné par l'élément paysager et par les fontaines et sculptures qui accompagnent l'ensemble sont concentrés.

La partie nord, par laquelle on accède à la façade principale, dispose de deux portes pour l'entrée et la sortie des véhicules et le chemin qui accède à la maison. Suivant la conception originale, elles sont recouvertes de gravier pour les hiérarchiser et optimiser son fonctionnalité. (Le reste des allées du jardin, bien qu'à l'origine elles aient également eu du gravier, dans la récupération totale qu'en 1991/92 il a été décidé de les garder vertes, réduisant ainsi l'impact visuel et générant une structure plus douce). La porte principale de la maison et la grande coupe en marbre italien avec des scènes bachiques du début du dernier siècle établit un axe qui organise un jardin asymétrique de formes courbes, organiques et aux lignes sinueuses dans lequel se trouvent des spécimens centenaires notables de Thujopsis dolabrata, Chamaecyparis plumosa, Magnolia Grandiflora et Eounymus, Laurus nobilis, Aucuba japonica et Taxus Baccata, tous avec une taille topiaire et un spectaculaire Ficus Carica bicentenaire. Dans la zone plus à l'ouest se trouve la chapelle avec deux grands vitraux de style néogothique. En 1994, les armoiries d'un ancien pazo familial qui a été expropriée et démolie pour la construction d'un réseau routier ont été transféré sur sa façade principale. À sa droite pousse un énorme Cyprès et une dense bambouseraie pousse en bordure.
La zone sud est divisée en deux parties bien différenciées; Celui situé à l'est a une disposition géométrique et symétrique, il s'organise autour d'un grand ovale entouré de quatre panneaux avec leurs sorties correspondantes et d'un demi-cercle devant le porche monumental, disposés dans cet espace sont un couple de Phoenix Canariensis et un ensemble de vieux Camelias ainsi que d'autres éléments topiaires et arbustes mineurs. Cette partie est la plus traditionnelle du jardin et rappelle les jardins des pazos. A l'ouest, il y a une grande zone libérée dans laquelle jadis il y avait des arbres fruitiers disparus à la fin de leur cycle de vie, mais dont cinq noyers notables survivent qui composent un coin très ombragé dans lequel se trouve une fontaine en marbre avec des carpes et divers spécimens d'agrumes, formant une évasion visuelle du jardin plus clos.